• Nua

Rue Marbeuf à Paris 8 : les secrets des adresses emblématiques !

Difficile de visiter le 8ème arrondissement de Paris, sans passer par la rue Marbeuf.

Si son prestige n’est plus à démontrer, elle a pourtant longtemps souffert d’une mauvaise réputation. “Vers 1900, la rue Marbeuf souffrait d'un certain discrédit, comme l'allée des Veuves un siècle plus tôt.” écrivait l’homme de lettres André Becq de Fouquières.



Mais depuis, la rue a bien changé !


Aujourd’hui devenue l’une des rues les plus prisées du 8ème arrondissement, elle relie l’avenue George V de son numéro 20 à l’avenue des Champs-Elysées au 39.

Deux avenues qui sont aussi des gages de prestige pour tous ceux qui connaissent bien la capitale française. Les Parisiens, comme les touristes, aiment s’y rendre en métro grâce à la ligne 1 ou 9 qui passe par la station Franklin D. Roosevelt.


Mais connaissez-vous tous les secrets qui se cachent derrière les murs de la rue

Marbeuf ?


Histoire, photographie, anecdotes… nous avons sélectionné tout ce qu’il faut savoir pour être incollable sur cette rue si vous êtes de passage à Paris comme si vous êtes du quartier!


Rue Marbeuf, une richesse historique parisienne


C’est au XVIIIème siècle que la rue Marbeuf se dessine sur la carte de Paris, quelques décennies avant la transformation radicale de Paris par le baron Haussmann que l’on connaît aujourd’hui !


Le comte et la comtesse de Marbeuf donnent leur nom à la rue !


Le nom actuel de la rue vient d’un jardin nommé “jardins marbeuf”. Ce jardin a été créé aux alentours de 1760 pour le chevalier de Jansen, un riche Anglais. Il s’était lancé dans le projet fou d’acheter un maximum de terrains afin de pouvoir réaliser un jardin d’agrément conséquent (plus de 6 hectares)! Un pari qui nous semblerait de nos jours improbable.


Le comte de Marbeuf rachètera plus tard cette partie alors que la rue était encore dénuée de grandes habitations. Pour y remédier, une allée privée nommée “allée” ou “passage Marbeuf” est ouverte afin de bâtir les immeubles de part et d'autre.

La voie telle qu’on la connait date de 1789. En pleine Révolution Française, elle suivait un chemin qui longeait le Grand Égout, un égout à ciel ouvert, sur la rive droite. Elle se nomme première ruelle du Marais puis rue des Gourdes, pour enfin, suite à une décision ministérielle du 19 octobre 1829, prendre le nom que nous connaissons tous : rue Marbeuf.


22 avril 1982, une triste date pour la rue Marbeuf !


La vie de la rue ne fut pas de tout repos ! Un attentat a eu lieu au n°33 (que vous

retrouverez pour une raison bien plus agréable dans nos bons plans). Le 22 avril

1982, les bureaux du journal libanais Al-Watan al-Arabi (La Nation arabe) siègent à

ce numéro et une voiture piégée a engendré un mort et 66 blessés par explosion. Et

ce n’était pas la première tentative ! Le journal, connu pour ses positions pro-

irakienne et opposées au régime syrien, a été plus d’une fois l’objet de terrorisme.

Par exemple, le 19 décembre 1981, un colis piégé avait été désamorcé avant son

explosion.


Les secrets d'alcôve de la rue Marbeuf !


Chez Nua on vous promet de conserver tous vos secrets, comme cette rue a su en protéger certains…


Les personnages célèbres de la rue Marbeuf


Certains personnages célèbres ont côtoyé cette prestigieuse rue ! Jane Hading, une comédienne du XXème siècle a longtemps été hébergée dans un hôtel de la rue, l’acteur Raphaël Duflos (1858-1946) est décédé à son domicile au numéro 19 (à deux pas de notre salon!). L’homme de lettres Etienne Grosclaude demeura également dans la rue en 1910.

Des personnages fictifs prennent également leur ancrage rue Marbeuf. C’est le cas

de celui imaginé Maurice Leblanc en 1905. Étienne de Vaudreix, ça ne vous dit rien? Il s’agit du nom sous lequel Arsène Lupin vit rue Marbeuf dans le roman!


La pension Duplay


Le numéro 18 (Eh oui ! Ce sont nos locaux) a longtemps été le refuge de jeunes

hommes destinés à des avenirs prometteurs. Il s’agissait de la pension Duplay qui

était dirigée par le petit-fils d’un menuisier : Maurice Duplay, un ami de Robespierre et un logeur parisien réputé. C’est pour ces raisons que sa pension fût fréquentée par le gratin parisien de l’époque. Parmi les élèves qui y demeurèrent, le prince Charles Bonaparte ou encore le célèbre journaliste Edouard Portalis ont longtemps suscité la fierté de l’établissement.


L’architecture de la Rue Marbeuf


Classé monument historique depuis 1983, le restaurant La fermette Marbeuf a été réalisé en duo par l'architecte Emile Hurtré et le peintre Jules Wielhorski, grands pontes du mouvement Art Nouveau. Son intérieur en grande verrière voûtée de couleur vert bouteille, ainsi que ses vitraux marron et or, s’inscrivent totalement dans ce mouvement artistique du début du XXème siècle qui redonne aux courbes des architectures, une arabesque originale et singulière (vous retrouvez régulièrement le style Art Nouveau à l’entrée des métro parisiens intra-muros !).

Le décor du restaurant La fermette Marbeuf a disparu au gré des différentes restaurations du lieu puis a été redécouvert et mis en avant à la fin du XXème siècle.

Les terrasses des différents cafés fleurissent également sur les trottoirs aux premiers rayons de soleil. Moins touristiques que celles des Champs-Elysées, n’hésitez pas à prendre le temps de vous y poser.


Et sinon, que faire dans la rue Marbeuf ? On vous sélectionne cinq

spots à ne pas louper !

Vous avez prévu un moment pour vous promener dans le 8ème arrondissement avant ou après votre massage, on va vous donner un coup de pouce.


Chez André

12, rue Marbeuf

https://www.chez-andre.com/fr/

Bistrot traditionnel ! Ce sont les deux meilleurs mots pour décrire chez André. Ouvert depuis 1936, le lieu vous rappellera les années 30. Que cela soit pour boire un verre ou pour y manger de la cuisine traditionnelle française, le lieu saura vous combler.


Cosy Paris

35, rue marbeuf

https://eater.space/le-cosy-75008-paris

Comme son nom l’indique, le Cosy se veut un lieu de détente après la folie des

journées parisiennes.On adore y passer entre deux massages pour y déguster un

plat du chef Aly Dey Daly dont le menu mélange l’exotisme et le classicisme à la française. Véritablement référence de la rue, vous y croiserez sûrement des

célébrités.


Vapiano - Pasta Pizza Bar

36 Rue Marbeuf, 75008 Paris

www.vapiano.fr

Le Vapiano est un restaurant-concept de pâtes et de pizzas, une vraie escapade

dans la Dolce Vita italienne. Rempli de grandes tables en chêne pouvant accueillir

jusqu’à huit personnes afin de venir en groupe, la convivialité est au rendez-vous.


Hotel 33 Marbeuf Champs-Élysées Paris

33 rue marbeuf

https://hotel33marbeuf.com

Vous comptez rester pour la nuit ? Le 33 de la rue est le spot qu’il vous faut. Un hôtel haut de gamme mêlant chambres et appartements pour s’y sentir chez soi en toute autonomie.


Sans oublier NUA au 18 de la rue, nous avons hâte de vous y retrouver!

63 vues0 commentaire